200, rue Elgin, bureau 601
Ottawa (Ontario) K2P 1L5
Tél.: (613) 569-1158
Téléc.: (613) 569-4532

A propos.jpg

Histoire de igf*fmi

L'Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) est déjà assez vieux pour posséder une longue histoire mais encore assez jeune pour se souvenir de ses racines. Tout a commencé par un petit groupe d'agents financiers supérieurs du gouvernement fédéral qui se rencontraient autour d'un lunch afin de discuter des problèmes de gestion financière et du rôle des conseillers financiers au sein du gouvernement. L'igf*fmi compte aujourd'hui des milliers de membres à travers le Canada qui travaillent tous à promouvoir l'excellence dans la gestion financière du secteur public à tous les paliers de gouvernement. Comment en est-on arrivé là?

L'igf*fmi voit le jour en 1962 sous le nom d'Institut des agents financiers fédéraux. Créé sous les auspices de l'Institut fédéral de la gestion, l'Institut regroupe des agents financiers principaux. Sous le leadership de Guy Cousineau, ils se rencontrent le midi au Mess Gloucester. On invite souvent un conférencier et l'allocution est suivie d'une période de questions et réponses. Ceci était dans la foulée de la Commission Glassco qui a formulé de nombreuses recommandations sur la gestion de la fonction publique fédérale, incluant le fameux « laissons les gestionnaires gérer ». Il devient rapidement clair pour ce petit groupe de visionnaires que la gestion financière devait occuper une plus grande place et obtenir une plus grande reconnaissance au sein du Gouvernement du Canada : ce qui ne pouvait être accompli qu'en rehaussant les compétences et le professionnalisme des agents financiers.

Au début des années 1970, les critères d'adhésion sont élargis pour y inclure les agents supérieurs du groupe FI. Les réunions se tiennent désormais au Centre RA. L'organisation prend de l'ampleur et on sent le besoin d'adopter des règles plus officielles. Les premiers règlements sont donc adoptés.

En 1975, le vérificateur général du moment, James J. Macdonell, critique sévèrement la gestion financière du gouvernement fédéral. Les agents financiers œuvrant dans la fonction publique espèrent revitaliser la fonction et se servir de l'igf*fmi pour renforcer la collectivité de la gestion financière. Les critères d'adhésion sont une fois de plus élargis afin de pouvoir accepter comme membre tous ceux œuvrant au sein de la collectivité de la gestion financière du secteur public. En 1975, le premier Bulletin est publié; il devient rapidement un moyen essentiel de communication au sein de l'igf*fmi. Un autre événement important est l'organisation de la première Semaine de perfectionnement professionnel de l'igf*fmi (on parle alors de Journées de PP) en collaboration avec la Société des comptables en management. Le thème de cette première Semaine de PP est "L'imputabilité" - un mot nouveau à l'époque mais qui fera partie de notre vocabulaire pour plusieurs années à venir.

Ce fut et c'est encore une grande fierté pour les membres de l'igf*fmi, à titre d'employés du secteur public, que l'igf*fmi fut la première organisation à soulever la question de l'imputabilité en matière de gestion financière. Peu après la première Semaine de PP, le gouvernement crée la Commission Lambert sur la gestion financière et l'imputabilité. L'igf*fmi présente alors son propre mémoire à la Commission. Le mémoire est bien apprécié et on en tient compte. Que les gestionnaires financiers du gouvernement s'attribuent d'eux-mêmes un rôle de meneur dans l'amélioration des processus au sein du gouvernement fut source de fierté autant pour les employés de la fonction publique que pour l'igf*fmi.

Vers la fin des années 1970, on réalise que l'igf*fmi pourrait grandement profiter en élargissant son mandat pour y inclure la gestion financière du secteur public provincial. L'idée de créer des sections régionales est approuvée mais ce n'est pas avant 1982 que la première section est créée à Victoria, suivi rapidement par des sections au Manitoba, à Montréal et à Vancouver. En 1982, l'igf*fmi franchit une autre étape vers la reconnaissance de son professionnalisme en s'incorporant.

Les années 1980 sont une autre décennie de croissance pour l'igf*fmi. En avril 1980, l'igf*fmi passe la marque de 1,000 membres. En 1982, on crée le Comité des anciens présidents chargé de conseiller l'igf*fmi en matière de stratégie et de programmes. En 1983, on crée le programme des Prix de l'igf*fmi afin d'honorer certains de nos membres les plus remarquables. En 1985, la section de la capitale devient officiellement distincte de l'organismes national.

En 1987, l'entente au sujet de la Semaine de PP avec la Société des comptables en management (maintenant l'Association des comptables en management accrédités) est renégociée et l'igf*fmi en prend maintenant la direction. L'igf*fmi entreprend alors des discussions avec les associations regroupant les CGA et CA et étends la programmation afin de rendre la Semaine de PP plus importante et plus pertinente que jamais.

L'igf*fmi a célébré ses 25 ans en 1987-1988. En cette année de célébration, le journal igf*fmi vit le jour. Il remplaçait le Bulletin que tout le monde appréciait. Dans le tout premier numéro du journal igf*fmi publié en janvier 1988, le président de l'igf*fmi du temps, Pat Nephin, soulignait que ce nouveau magazine allait nous donner la possibilité d'accroître la couverture des enjeux du secteur public. Aujourd'hui, nous savons fort bien que la prédiction de Pat s'est révélée des plus exactes. Cette publication trimestrielle sur papier glacé devint rapidement aussi indispensable aux membres de l'igf*fmi que le Bulletin l'avait été - une publication pertinente, professionnelle et publiée en temps opportun, destinée à tous ceux qui s'intéressent à la gestion financière du secteur public.

En mai 1988, l'igf*fmi organise à Montréal le premier « Atelier des directeurs financiers du secteur public ». Cet atelier deviendra par la suite une partie intégrale et très importante du programme de l'igf*fmi présentant un accent particulier sur les enjeux d'intérêt régional et local. En 1988, l'igf*fmi se dote également d'un nouveau plan stratégique de cinq ans afin de guider ses orientations pour les années 90.

La fin des années 80 et le début des années 90 voient la création de nouvelles sections en Alberta, à Halifax. à l'Ile du Prince Édouard, à Fredericton et à Régina.

En 1991, l'igf*fmi embauche un directeur exécutif et ouvre ses propres bureaux. Capsule, une publication trimestrielle, est lancée à ce moment-là afin d'informer les membres au sujet des activités du bureau national. En 1992, l'Atelier des gestionnaires financiers du secteur public change son nom pour l'Atelier de la gestion financière dans le secteur public. On veut ainsi souligner la diversité des membres de l'igf*fmi et le caractère régional de l'Atelier. A la fin des années 90, une nouvelle section est créée à Toronto, mais après seulement quelques années, cette section cesse ses activités dues au manque de volontaires.

En 2000, avec le tournant du siècle, l'atelier du printemps est renommé « Atelier de gestion du secteur public » et son programme est élargi afin de couvrir une plus grande variété de sujets de gestion. En 2002, une nouvelle section est créée à St. John's et l'igf*fmi lance son premier site web.

En 2005, l'igf*fmi réaligne sa structure et ses priorités afin de mieux appuyer ses sections régionales. Un nouveau fond d'investissements pour les sections fut créé. Le premier Rapport annuel de l'igf*fmi est publié. En 2006, la Section de l'Ontario voit le jour grâce à l'appui du contrôleur provincial de l'Ontario, Cette nouvelle section innove avec l'introduction de la première diffusion en temps réel de séminaires de PP sur le web à de multiples centres régionaux à travers l'Ontario.

En 2007, la Semaine de PP étends sa programmation à l'ensemble de la collectivité financière avec l'introduction de deux nouvelles sessions visant spécifiquement les leaders de la collectivité et le personnel de soutien administratif. Un nouveau partenariat est également établi avec le Bureau du Contrôleur général afin d'incorporer la cérémonie de remise de diplôme des programmes RPAF/RPVI dans le programme de la Semaine de PP. Une nouvelle alliance est également établie avec l'Association of Government Accountants des États-Unis. En 2009, l'igf*fmi lance une série de séminaires web et en 2010 une nouvelle section est créée dans le Sud-Ouest du Nouveau Brunswick.

En 2012-2013, l'igf*fmi célèbre son 50ième anniversaire par une série d'activités à travers le pays et avec la publication d'un numéro commémoratif du journal igf*fmi.

Aujourd'hui, l'igf*fmi possède 14 sections d'un océan à l'autre, des milliers de membres, et un nombre encore plus grand de participants à ces diverses activités tout au long de l'année. L'igf*fmi jouit d'une réputation exceptionnelle en tant que source principale au Canada pour le perfectionnement professionnel et le partage des pratiques exemplaires dans la gestion des ressources financières du secteur public. Toutefois, l'igf*fmi est beaucoup plus qu'un organisme qui offre des activités de PP et de réseautage. C'est un groupe de personnes dédiées au partage et à la collaboration avec leurs collègues pour le grand bénéfice du secteur public et des Canadiens qu'ils desservent. Son succès dépends des centaines de bénévoles qui planifient, organisent et livrent les activités à travers le pays.